Etre présents, portraits d’ancêtres



Une installation de Mai Duong





« Tu ne tueras point – est la première parole du visage »
Emmanuel Levinas, Ethique et infini, 1982

« Ceux qui apprécient la vieillesse du monde s’en trouvent nourris »
« Assumer pleinement notre état de vieux, l’authenticité de notre être et la disponibilité de notre présence, avec sa gravitas et son excentricité, c’est affecter indirectement le bien commun et donc le bien des jeunes »
James Hillman, La force du caractère, 2001

Notre époque est celle de la diffusion et généralisation de techniques puissantes de manipulation du corps et de son image, d’instruments qui permettent d’effacer tous les signes qui éloignent notre image extérieure du cliché juvénile, souriant et lissé qui constitue le standard socialement acceptable.

Chirurgie esthétique ou retouche photographique, modification de la peau ou lissage des pixels de notre double virtuel, les techniques éraflent les signes du passage du temps et, avec eux, les signes des passions, des sentiments et du caractère.

Ces dernières années, j’ai fait l’expérience de réaliser des portraits de personnes qui ont atteint la période dite du « grand âge ».

Souvent vivant encore chez elles, dans un environnement qui semblait avoir magiquement survécu à l’avancée du calendrier, ces personnes révélaient en même temps qu’une extrême fragilité la force de leur caractère. Observant leur visage, la première image, celle racontée par leurs enfants, qui m’avaient interpellée pour réaliser ces petits portraits, était remplacée par d’autres images.

La vieillesse assumée avait métamorphosé la décadence biologique en art, elle s’était transformée en image. Le caractère était devenu un véhicule qui pouvait amener loin, au-delà des faiblesses du corps, dans les inconnues plages du futur, à une connaissance ultérieure, à une extrême défense de la vie.

De cette expérience est née l’idée que l’extrême vieillesse puisse être le dernier rempart, assiégé mais encore inviolé, où nous pouvons trouver des visages authentiques, porteurs d’un message de vulnérabilité absolue, des visages tracés par le vieillissement et pourtant splendides, comme des formes qui résistent et s’affinent avec le temps pour durer, en tant qu’image du caractère, pour l’éternité.

Dans les sociétés traditionnelles, les portraits des ancêtres étaient considérés comme un bien commun indispensable et ils pouvaient exprimer publiquement leurs messages éthiques avec une intensité inégalée.

Aujourd’hui, la dissimulation des traits de la vieillesse et la disparition des images authentiques du grand âge conduisent à un appauvrissement du paysage social.

Ce projet veut redonner une dimension publique aux images des ancêtres et nous faire rencontrer cet « autre » qui seul nous permet de voir en nous-même.

Propos recueillis par Marcello Maugeri


Soeur Luciele Gautron
Association Africa Soeurs Spiritaines Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Lise Déramond Follin,
Cinéaste
Maison nationale des artistes,
Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Madame Potonnier
Mère de famille
Association Africa Soeurs Spiritaines Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Madeleine Marie
Actrice, mannequin
Défilé ISSEY MIYAKE Automne-Hiver 1995, Paris 1994
@ Mai Duong

Michael Lonsdale

Michael Lonsdale
Acteur
Maison de la poésie, Paris,
2004
@ Mai Duong

Père Etienne Flipo
Association Africa Soeurs Spiritaines Nogent sur Marne,
2020
@ Mai Duong

Gaetano Pesce
Architecte, peintre, designer, sculpteur
Musée des Arts Décoratifs, Paris, 2006
@ Mai Duong

Père Guy Daniel
Association Africa Soeurs Spiritaines Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Sœur Anne-Michel Minier
Association Africa Soeurs Spiritaines Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Jacqueline Duhême,
Illustratrice 
Maison nationale des artistes, Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Père Bieri Bernard

Association Africa Soeurs Spiritaines Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Jacqueline Carron
Peintre et coloriste
Maison nationale des artistes,
Nogent sur Marne, 2020
@ Mai Duong

Rufus
Comédien
Roussillon, 2021
@ Mai Duong